Gregorio Demarchi (Friedrich Schiller University Jena) : « Les explications téléologiques en biologie et en sciences sociales – un aperçu »

Dans mon intervention je me propose de définir ce qui distingue la méthode explicative propre aux sciences humaines des méthodes explicatives des sciences naturelles, en particulier des sciences du vivant. Ces considérations méthodologiques, qui me semblent préalables à toute discussion sur la relation entre sciences humaines et philosophie, vont s’appuyer surtout sur le texte Explanation and Understanding de Georg Henrik von Wright (1971), qui représente une tentative importante de comparer certains résultats de la philosophie des sciences du vingtième siècle (relatifs en particulier à la possibilité de reconduire la structure apparemment téléologique du vivant à des mécanismes de causalité efficiente) à la redécouverte de la part de la philosophie analytique de l’action d’un modèle théorique d’origine aristotélicienne (EN, VII, 5) : le modèle su syllogisme pratique.

La question de fond de mon intervention concerne la différence entre le modèle d’explication causale propre aux sciences naturelles (y compris la biologie) d’une part et le modèle d’explication téléologique propre aux sciences humaines de l’autre. Alors que toute une tradition philosophique, qui prend son départ encore une fois d’Aristote pour arriver au Kant de la Critique de la faculté de juger téléologique, voyait la causalité à l’œuvre dans les êtres vivants en analogie avec la causalité technique (au sens que dans les deux cas c’est la finalité du tout qui détermine le mécanisme des parties), la philosophie des sciences du vingtième siècle a été en mesure de développer un modèle de la causalité caractérisant les organismes vivants qui renonce à toute référence à des causes finales. Bien que la congruité de l’analyse fonctionnelle, qui doit rendre raison du caractère apparemment téléologique du vivant, avec le modèle déductif-nomologique des lois naturelles développé par Carl Gustav Hempel et Paul Oppenheim (1948), soit controverse, cet approche ne fait référence aucune à des causes de type téléologique. C’est en particulier la cybernétique avec son concept de feedback négatif qui a permis de développer un modèle de causalité en mesure de rendre raison des phénomènes trouvant leur expression dans les notions de fonction, de processus dirigé vers un but ou de système. De tels phénomènes, que l’on peut désigner de quasi-téléologiques ou de téléonomiques, caractérisent le comportement d’entités complexes du type des organismes vivants qui ne nécessitent pas, pour pouvoir être expliquées, du recours à une notion d’intentionnalité. (Voir le chapitre 12 du livre The Structure of Science de Ernest Nagel de 1961, l’essai Functional Analysis de Hempel de 1965 et l’article Functions de Larry Wright de 1973 pour une exposition classique de la possibilité de ramener les explications « téléologiques » en biologie au modèle de la causalité efficiente, mais aussi pour une mise en lumière des limites propres au modèle de l’analyse fonctionnelle).

Lorsque l’on se tourne vers l’objet propre aux sciences humaines, c’est-à-dire vers l’être humain, ses interaction sociales et leur évolution historique, on s’aperçoit que cet objet ne peut pas être compris sans faire recours à une notion d’intentionnalité qui seul est en mesure de rendre compte de son comportement. Les actions humaines ne sont pas seulement dirigées vers un but, elles le sont de surcroit de manière intentionnelle. Le modèle classique du syllogisme pratique, introduit par Aristote et repris par Hegel (Logique du Concept, chapitre sur la téléologie), a été redécouvert au cours du vingtième siècle par Anscombe dans le §33 de son livre Intention (1957). Selon von Wright c’est le complexe « voluntatif-cognitif » constitué par les prémisses de ce syllogisme (la prémisse majeure exprime l’intention d’atteindre un but, la prémisse mineure exprime la conviction que tels et tels moyens soient appropriés pour atteindre ce but) qui rends raison du caractère intentionnel de l’action qui constitue la conclusion du syllogisme.

Dans la dernière partie de mon intervention sera posée la question du rapport entre les deux modèles explicatifs développés : est-ce que l’analyse fonctionnelle est-elle exclusive des sciences du vivant ou est-ce qu’elle trouve une application aux sciences sociales aussi, comme le veulent les fonctionnalistes (Merton par exemple) ? Est-ce que la nature intentionnelle de l’action humaine donne origine à des pratiques et des institutions qui ont exclusivement une fonction manifeste (c’est-à-dire voulue par les acteurs sociaux) ou est-ce que certaines de ces pratiques et institutions ont aussi une fonction latente, c’est-à-dire non intentionnée par les acteurs sociaux, mais qui contribue quand-même à la stabilisation du système social dont elles sont partie ? Dans mon intervention je vais me limiter à donner un aperçu sur des possibles réponses à ces questions. Von Wright même montre avant tout la fécondité du modèle du syllogisme pratique lorsqu’on l’étend du comportement poïétique et pratique d’un individu singulier à la considération du comportement d’une collectivité humaine. La manière dont une collectivité humaine agit sur ses membres individuels est explicable par la notion de pression normative, dont on peut montrer l’arrière-fond téléologique, au sens que par des sanctions ou des récompenses une collectivité empêche ou promeut la réalisation de certaines intentions des membres individuels qui la constituent. Von Wright montre par ailleurs aussi que certains aspects du modèle causal propre aux sciences biologiques, en particulier certains mécanismes de feedback, peuvent être appliqués également à l’investigation de phénomènes sociaux, rendant par exemple raison de la critique sociale exercée envers des normes jugées injustes et arbitraires.

Pour résumer : mon intervention se propose de formuler dans la manière la plus claire possible la différence entre le modèle explicatif quasi-téléologique ou téléonomique qui rends raison des propriétés fonctionnelles de systèmes complexes comme les êtres vivant et le modèle explicatif pleinement téléologique qui est propre à l’investigation des phénomènes pris en considération par les sciences humaines, en partant du comportement poïétique et pratique de l’individu singulier (expliqué par le syllogisme pratique) jusqu’à la structuration du comportement collectif par la pression exercée par les normes sociales.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.