Giada Margiotto (UniNe) : « Philosophie et science dans le débat moderne sur le libre arbitre : un regard transdisciplinaire »

Dans ma recherche doctorale, qui se configure comme un travail d’histoire de la philosophie, plusieurs questions méthodologiques se posent, notamment sur le rapport interdisciplinaire entre la philosophie et les sciences.

Quelques philosophes contemporains, qui participent au débat autour du libre arbitre et du déterminisme, sont convaincus qu’il est absolument nécessaire de se référer aux derniers résultats de la recherche en physique et en psychologie pour pouvoir résoudre la question. Cette idée n’est pas nouvelle, mais remonte au moins au dix-huitième siècle. L’objectif de mon travail est celui d’étudier cette généalogie, tout en questionnant la pertinence de l’usage des méthodes et des résultats de l’enquête scientifique en philosophie.

Samuel Clarke

Dans ma communication, je vais étudier le cas du philosophe et théologien Samuel Clarke (1675-1729), qui occupe une place centrale dans ma thèse. Dans ses œuvres, Clarke fait usage de la physique de Newton – dont il a été l’un des partisans les plus résolus – pour défendre le libre arbitre. D’un côté, la référence à Newton est de nature méthodologique : la méthode inductiviste élaborée par le physicien, qui se veut entièrement fondée sur l’observation et l’expérience, est reprise à son compte par Clarke, qui en fait la base de sa « phénoménologie de l’action humaine ». De l’autre côté, Clarke mobilise les résultats principaux de la physique newtonienne pour établir sa théorie de la liberté : à cet égard, une place fondamentale est occupée par la notion d’« attraction », développée par Newton dans ses Principes mathématiques de la philosophie naturelle (1687).

Le résultat de mon analyse sera ainsi double. D’abord, j’aurai montré que l’historien de la philosophie lui-aussi doit souvent accomplir un travail transdisciplinaire, dans la mesure où les textes philosophiques sont en rapport – plus ou moins explicite – avec d’autres disciplines (à l’occasion, la physique). Par conséquent, l’historien de la philosophie doit s’occuper d’étudier non seulement le contexte historique et théorique des textes philosophiques auxquels il s’intéresse, mais aussi l’état général de la science dans la période concernée. Deuxièmement, j’aurai prouvé la légitimité de l’exigence qu’ont certains philosophes contemporains travaillant sur la question du libre arbitre et du déterminisme d’une confrontation serrée avec les résultats des recherches scientifiques : comme le cas de Clarke le montre assez bien, une telle confrontation peut beaucoup apporter à la réflexion philosophique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.