Philipp Valentini (UniFr) : « Quelles disciplines doivent être mises à l’épreuve pour établir des passerelles entre des philosophies écrites en Europe et des modes de pensées non européens ? »

Les études postcoloniales[1] ont démontrées ces dernières décennies que la majeure partie des traductions de modes de pensées non-européens puisaient dans l’histoire de la philosophie européenne pour établir un appareil[2] herméneutique qui mettent au service de l’impérialisme européen et américain ces modes de pensées traduits en Anglais, Français ou Allemand.

Gramsci

Le défi est lancé[3] et la question se pose alors de savoir par quelles disciplines passer pour accomplir une traduction de notions et de concepts philosophiques qui ne soumettent pas un mode de pensée à l’autre ? Je vais défendre l’idée que cette passerelle doit être conçue comme une plateforme de négociations pour aboutir avec Gramsci à une vision contractualiste[4] des rapports entre atmosphères[5] de pensées. Cette plateforme mettra en mouvement des notions psychanalytiques de Lacan telles que celles du ‘grand autre’ ou du ‘trait unaire’. Je finirai en exposant deux traductions différentes d’un très bref extrait d’un écrit du penseur ottoman Ismāʻīl Ḥaqqī (1653-1725) qui, selon la traduction, peut être compris soit comme néoplatonicien soit comme anti-philosophique au sens que donne Alain Badiou[6] à ce mot. De ces deux traductions, quelle est celle qui permet des négociations entre des atmosphères conceptuelles différentes ?

[1] Gayatri Chakravorty Spivak, A Critique of Postcolonial Reason: Towards a History of the Vanishing Present, (Cambridge Mass : Harvard univ. press, 2000), chap. I “Philosophy”.

[2] Giorgio Agamben, What is an apparatus? (Stanford, Stanford Unviersity Press, 2009), 8-9.

[3] Cosimo Zene, World Philosophies in Dialogue: a Shared Wisdom?, in Confluence, Online journal of world philosophies 2 (2015), 11-31

[4] Carlos Nelson Coutinho, General will and democracy in Rousseau, Hegel, and Gramsci, in Rethinking Marxism 12:2 (2002), 1-17.

[5] Peter Sloterdijk, Atmospheric politics, in Making things public, eds. Bruno Latour and Peter Weibel (Cambridge: MIT Press, 2005), 944-955.

[6] Alain Badiou, Lacan. L’antiphilosophie 3 (Paris, Fayard, 2013), 9.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.