Yann Grin (UniL) : « Herbert Marcuse et l’interdisciplinarité »


Herbert Marcuse

Dans ma recherche sur Marcuse, qu’on rattache à la première Ecole de Francfort, l’interdisciplinarité se présente précisément dans les deux directions suggérées pour cette journée CUSO

En ce qui concerne l’apport de la philosophie dans les sciences humaines, nous aimerions interrogé d’abord l’utilisation philosophique de concepts externes à elle. En effet, un grand nombre de concepts et de thématiques des sciences humaines sont empruntés et discutés par Marcuse. La psychanalyse notamment joue un rôle fondamental et vient nourrir et orienter une réflexion philosophique positive. A l’inverse, la méthodologie d’autres sciences est parfois prétexte à critique, notamment un certain type de sociologie. L’histoire et la politique joue également un rôle fondamental dans les réflexions de Marcuse. Dans cette première perspective il s’agirait de montrer la manière dont ces différentes sciences sont utilisées et quel niveau de connaissance de ces sciences le chercheur doit avoir pour évaluer leur utilisation et apport de façon pertinente. Par exemple, une connaissance de la psychanalyse qui va au-delà des préjugés communs, une idée de la formation de la sociologie comme discipline scientifique, etc. En explorant l’utilisation que fait Marcuse des sciences, on pourra comprendre l’apport de la philosophie dans cette interdisciplinarité comme ce qui oriente une pratique subversive.

En ce qui concerne la répercussion de ces sciences sur la philosophie, nous aimerions interroger la manière dont elle favorise la philosophie à identifier son rôle et comment elle met en évidence une constante de l’attitude philosophique, celle d’une attitude critique qui vise à certain idéal tant au niveau théorique que pratique.

Mon intention serait de montrer que la philosophie comme discipline pousse à un véritable va et vient entre les concepts, le réel et les différentes attitudes scientifiques dans leur formation de concept à travers ce qui est empirique et se distingue en mettant en évidence sa dimension axiologique et en tenant compte aussi de ce qui est possible et non seulement de ce qui est de fait.

Crédits photographiques: Herbert Marcuse in Newton, Massachusetts 1955, par famille Marcuse, représentée par Harold Marcuse, Licence CC BY-SA.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.