Sébastien Grosset (UniL) : « De l’intérieur. Philosophie et Architecture »

EPFL, bâtiment BC (Informatique & Communications) vu de l’intérieur

L’objet de ma recherche est l’architecture d’intérieur, avec pour enquête directrice la recherche des raisons (culturelles, esthétiques, sociales…) du manque de considération philosophique dont jouit cette discipline. Cet axe de travail implique forcément une question en miroir : celle des raisons pour lesquelles la philosophie accorde de l’intérêt à certains phénomènes culturels plutôt qu’à d’autres. S’interroger philosophiquement sur une discipline encore souvent jugée frivole doit donc aussi questionner les mécanismes qui déterminent si et comment un objet accède ou non à la dignité philosophique. Ces mécanismes, évidemment, sont sujets à évolutions et on ne peut les saisir sans les mettre en relation, non seulement avec l’évolution interne de la philosophie ou de l’objet qu’elle étudie, mais aussi de tout un contexte historique et social et dont l’analyse implique le recours à autres disciplines. La musique savante, par exemple, semble aujourd’hui avoir sa place acquise au sein de l’esthétique philosophique. Pourtant, en 1948, dans son avant-propos à la Philosophie de la nouvelle musique, Adorno était obligé de reconnaître « les traits provocateurs » de son étude :

Il semble certainement cynique, après tout ce qui s’est passé en Europe et tout ce qui menace toujours, de perdre du temps et de l’énergie intellectuelle à déchiffrer des problèmes ésotériques de la technique moderne de la composition.[1]

L’art lui-même, dans son ensemble, n’a pas toujours été assuré de cette dignité :

Et d’abord, l’art beau est-il digne d’être traité scientifiquement ?[2]

s’interroge Hegel dans l’introduction de son Esthétique.

L’une des raisons pour lesquelles l’architecture d’intérieure est peu étudiée par la philosophie, mais aussi par l’histoire de l’art et la théorie architecturale, c’est qu’elle est une discipline de l’entre-deux. L’intérieur, en effet, est un espace intermédiaire. Il n’est pas seulement le dedans de l’architecture, il est aussi l’environnement immédiat de l’habitant. Vu depuis l’intériorité de celui qui l’occupe, l’intérieur est un extérieur. Puisque l’espace dont elle s’occupe et un espace intermédiaire, l’architecture d’intérieur est elle même une discipline intermédiaire tiraillée entre le design et l’architecture. Une autre raison du déficit théorique qui la frappe est que la théorie architecturale et, plus récemment, celle du design se sont efforcées l’une et l’autre de la réduire à une partie de leurs champs d’investigations réciproques. A cet égard, l’apport de la philosophie peut s’avérer enrichissant s’il consiste en un questionnement sur l’essence de l’interstice et tente de qualifier la spécificité de l’entre-deux plutôt que d’en inclure l’étude des rayons théoriques préexistants.

Le 10 novembre prochain je serai heureux de confronter certaines questions portant sur cette essence de l’entre-deux avec les interrogations disciplinaires propres à ces journées CUSO.

Je souhaiterais aussi soumettre aux autres doctorants les choix et les problèmes méthodologiques auxquels cette recherche et les conditions changeantes dans lesquels je la poursuis m’ont confronté et me confronte encore.

J’ai débuté mon travail de thèse dans le cadre d’un projet FNS qui associait architectes, architectes d’intérieurs, historiens de l’architecture, chercheurs en sciences cognitives et philosophes. Dans ce cadre, ma recherche personnelle devait être la voix spécifique de la philosophie. Une voix disciplinaire qui se serait intégrée à une polyphonie pluridisciplinaire. Or, le projet n’a pas été accepté par le FNS. J’ai décidé cependant de poursuivre ma thèse, mais je ne pouvais dès lors plus m’intégrer à une équipe. Il m’a donc fallu mettre en place certaines stratégies de recherche afin de maintenir mon travail en relation avec des savoirs et des compétences connexes.

En intervenant régulièrement dans des ateliers d’architecture de la Haute École d’ Art et de Design de Genève, j’ai pu rester en contact avec l’architecture d’intérieur. De plus, depuis cette année, j’ai été engagé comme collaborateur scientifique au laboratoire ALICE (première année d’architecture) de l’EPFL au sein duquel je peux poursuivre mes recherches, mais en les articulant avec les demandes spécifiques des architectes. L’intérêt et la spécificité d’un tel travail transdisciplinaire ont plusieurs causes.

D’abord l’architecture et l’architecture d’intérieure sont des disciplines à visée pratique. Ensuite, ce sont des disciplines qui, l’une et l’autre associent plusieurs domaines. Enseignée à l’EPFL, l’architecture est elle aussi une discipline composite qui articule l’art et la technique et produit également sa propre recherche : parmi les gens avec lesquels je vais collaborer dans le cadre d’ALICE, il y a plusieurs doctorants. Faire de la philosophie au sein d’une institution qui forme des praticiens, produit sa propre recherche, mais aussi ses propres œuvres (la finalité de chaque année est une construction – qui sera, cette année exposée à Brussel) pose l’ancienne question de l’articulation de la théorie de la praxis. De plus les disciplines que pratiquent ceux avec qui je suis amené à collaborer (l’architecture et l’architecture d’intérieur) constituent l’objet de ma propre recherche, ce qui complexifie le travail transdisciplinaire puisque ces lieux d’enseignement et de production que sont la HEAD et l’EPFL constituent aussi ce que les anthropologues appelleraient leur « terrain ». Enfin, la nécessité d’intégrer les besoins propres aux praticiens dans mon travail influe sur ma façon de faire de la philosophie.

Je souhaite donc proposer pour cette journée d’étude une contribution en deux parties. La première exposera sur un plan théorique les enjeux inter- et transdisciplinaires propres à l’objet même de ma recherche. Dans la seconde, je me fondrai sur les expériences que je viens d’évoquer rapidement pour montrer comment ces enjeux constitutifs du domaine que j’étudie ont influencé et continuent à influencer mon travail philosophique et comment la philosophie peut s’inscrire à l’intérieur de l’architecture, conceptuellement, mais aussi très concrètement, puisque je suis amené à travailler dans des institutions architecturales.

[1] Adorno, Theodor Wiesengrund, Philosophie de la nouvelle musique, trad. H. Hildebrand et A. Lindenberg, Paris, Gallimard, 1962, p. 9.

[2] Hegel, Georg Wilhelm Friedrich, Esthétique, tome 1, trad. C Bénard, B. Timmermans et P. Zaccaria, Paris, Librairie générale française, 1997, p. 53.

Crédits photographiques: EPFL BC Inside, par Dlorch, Domaine public.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.