Malika Sager (UniL) : « Méthode clinique et sciences humaines »

Mon intervention abordera la question de l’apport méthodologique et conceptuel de la médecine et de son histoire à la recherche philosophique. Mais, afin de sortir de la logique du dialogue, entre d’un côté « la philosophie » et de l’autre « les études transdisciplinaires », j’envisagerai ce questionnement sous l’angle du rapport méthodologique qu’entretiennent études philosophiques et transdisciplinaires. Autrement dit, en déplaçant le questionnement sur la relation qui lie ces différents champs, je me demanderai plutôt de quoi ces études s’entretiennent et suivant quel code elles communiquent.

Pour ce faire, je prendrai l’exemple de l’hypothèse de travail d’un véritable « paradigme médical de l’approche des sciences humaines »1 à partir de laquelle j’ai démarré ma recherche doctorale. Seront ainsi proposées à la discussion quelques unes des difficultés rencontrées ces dernières années au cours de mon travail autour de la notion de clinique, notamment celles de l’établissement du corpus de textes et de la définition de la méthode à adopter dans le but de vérifier l’hypothèse de départ.

  1. François Dosse, Histoire du structuralisme, Paris, La Découverte, t. 1 : 1991, p. 176, rapporte les mots de Daniel Defert à propos du travail de Michel Foucault sur France-Culture, 7 juillet 1988. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.