Archives mensuelles : décembre 2015

Au-delà des frontières – Journée d’études « Philosophie et interdisciplinarité » (11 novembre 2016)

L’interdisciplinarité est à la mode. Alors plutôt que de la rejeter ou de l’embrasser a priori, questionnons sa pertinence et son intérêt. Car au-delà d’une mode, l’interdisciplinarité est avant tout une réalité à laquelle un grand nombre de doctorants et de jeunes chercheurs sont confrontés à un moment ou à un autre de leur travail. Au cours d’une journée d’études organisée à l’Université de Lausanne au mois de novembre 2016, et dont ce carnet se veut le support, nous voudrions donc interroger l’intérêt de l’interdisciplinarité en philosophie et mettre en évidence l’usage que les doctorants en font à l’heure actuelle. Plus précisément, l’approche sera méthodologique, et il s’agira donc de comprendre, à partir d’exemples précis proposés par les doctorants des universités de Suisse Occidentale, les interactions qui peuvent avoir lieu entre la philosophie et d’autres disciplines au cours d’un travail de doctorat. Il est courant d’aborder la question de l’interdisciplinarité en mettant en évidence ce que la philosophie peut apporter aux doctorants d’autres disciplines. Ce que cette journée d’études veut mettre en évidence, au contraire, c’est l’apport méthodologique et conceptuel des disciplines extérieures au domaine philosophique. Comment d’autres disciplines comme la logique, les philologies classique et moderne ou la biologie, entre autres, peuvent nourrir la réflexion des doctorants en philosophie? Comment certains concepts, certaines méthodes ou certains résultats de la recherche en sciences de l’environnement, en linguistique ou en physique, par exemple, peuvent-ils enrichir la réflexion philosophique? Et au-delà d’un simple usage de l’interdisciplinarité, quel dialogue peut s’établir, concrètement, entre la philosophie et ces différentes disciplines? Au cours de cette journée, nous étudierons cette question de l’interdisciplinarité à partir de deux exemples précis : le rapport entre la philosophie et la philologie d’une part, et le rapport entre la philosophie et les disciplines scientifiques (biologie, physique, etc.) d’autre part.

Dans un premier temps, il s’agira de déterminer l’apport philosophique de l’étude philologique d’un texte (édition, traduction, analyse historique, littéraire et linguistique). Quelles sont les difficultés liées à l’interprétation philosophique d’un texte antique, médiéval ou moderne, et en quoi la philologie est-elle un outil essentiel pour la compréhension de ces textes?

Dans un deuxième temps, il s’agira de s’interroger sur la tendance actuelle en philosophie des sciences à « prendre au sérieux » la pratique scientifique. Est-ce que cela signifie qu’une simple cohérence entre une position métaphysique et des données empiriques suffit (priorité de la métaphysique et de l’analyse a priori) ou est-ce que cela implique plutôt de commencer avec des données empiriques pour analyser ensuite sous quelles formes elles se laissent systématiser et utiliser pour des conclusions métaphysiques (priorité des données empiriques)? De plus, il sera question de l’interaction possible avec des scientifiques et l’importance de sa propre connaissance scientifique pour la recherche en philosophie.

L’intérêt de cette journée d’études est double. Elle permettra tout d’abord aux doctorants qui le souhaitent de présenter un point précis de leur recherche exemplifiant leur usage personnel de l’interdisciplinarité et de soumettre aux autres doctorants leurs choix méthodologiques. Outre l’intérêt méthodologique, cette journée d’études permettra ainsi de mettre en place une réflexion avancée sur deux axes précis touchant la question de l’interdisciplinarité (philosophie/philologie et philosophie des sciences ) et offrira la possibilité d’un dialogue réel entre les chercheurs débutants et confirmés de Suisse Occidentale.

Pour s’inscrire à la journée d’études, cliquez ici:

Pour s'inscrire à la journée d'études, cliquez ici