Archives de catégorie : Philosophie et interdisciplinarité

Cette catégorie regroupe les billets en lien avec la thématique générale de la journée d’études, à savoir la question de l’interdisciplinarité en philosophie.

Philosophie et philologie – Remarques introductives (Maël Goarzin)

La première partie de la Journée d’études « Philosophie et interdisciplinarité« , organisée à l’Université de Lausanne le 11 novembre 2016, explorait les liens parfois implicites mais souvent étroits entre philosophie et philologie. Pour introduire cette matinée d’études, j’ai présenté, en quelques mots, les apports les plus importants de la philologie dans la recherche en philosophie: comment déterminer l’apport philosophique de l’étude philologique d’un texte? Et en quoi cet usage philosohique des outils philologiques est-il un bon exemple de pratique interdisciplinaire de la recherche en philosophie?

Umberto Eco, dans son ouvrage méthodologique récemment traduit en français sous le titre Comment écrire sa thèse, écrit ceci : « On ne peut faire une thèse sur un auteur étranger si on ne lit pas cet auteur dans le texte original »[1]. Cette remarque d’Umberto Eco vaut non seulement pour les textes écrits en langue moderne (anglais, allemand, espagnol ou italien, etc.), mais aussi, et peut-être encore plus pour les textes écrits en langues anciennes, comme le latin ou le grec. Pourquoi ? Parce que « les traductions ne rendent pas toujours justice à la pensée d’un auteur, alors que faire une thèse implique justement de redécouvrir la pensée originale là où elle a été faussée par des traductions ou des vulgarisations en tous genres »[2]. Faire une thèse sur Platon, Aristote, Plotin, Avicenne, ou Maître Eckhart exige donc, de la part du philosophe, de lire et traduire le grec, le latin ou encore l’arabe. Travailler sur la pensée d’un auteur exige de le traduire soi-même, pour mieux le comprendre, et mieux l’analyser. Mais lorsque certains textes de l’auteur que l’on étudie n’ont pas été édité, la traduction ne suffit pas, et le travail d’édition devient nécessaire, avec les compétences philologiques que cela requière. Edition et traduction d’un texte font donc partie du quotidien du chercheur en philosophie antique et médiéval, mais aussi en philosophie moderne, voire contemporaine (pour l’étude de manuscrits non édités d’un auteur, par exemple). Et sans ce travail minutieux, patient du texte original, l’analyse philosophique ne pourrait pas se faire, ou du moins pas de manière scientifique.

Suite à ce travail d’édition et de traduction des textes philosophiques, et toujours pour bien comprendre la pensée d’un auteur, d’autres compétences philologiques sont souvent requises. En effet, les idées philosophiques n’émergent pas de nulle part, hors de tout contexte, mais s’intègrent dans un contexte linguistique, historique, culturel et littéraire qu’il est nécessaire, me semble-t-il, de prendre en compte pour bien comprendre le texte ou l’auteur qui nous occupe. C’est pourquoi l’analyse linguistique, historique et littéraire d’un texte, qui requièrent un certain nombre de compétences philologiques, accompagnent bien souvent l’analyse proprement philosophique du texte : Quel sens, par exemple, doit-on donner à ce terme précis, utilisé par l’auteur dans un contexte linguistique bien particulier ? A quel genre littéraire ce texte appartient-il ? Quel type de discours (biographique, hagiographique, etc.), quel ton (critique, apologétique, élogieux, etc.) l’auteur adopte-t-il ? A qui le texte est-il adressé et dans quel but ? Quelle est la portée politique ou religieuse de ce texte ?

Qu’appelle-t-on philologie ?

La philologie comprise ainsi de manière large, peut être définie comme l’étude des documents écrits d’une langue et d’une civilisation donnée (philologie grecque, latine, romane, ou celtique, etc.), comme le rappelle à propos Julie Giovacchini dans un billet récent consacré à l’usage des langues anciennes et de la philologie[3]. L’étude philologique d’un texte écrit se fait à plusieurs niveaux :

– au niveau du document lui-même : examen du support matériel des sources écrites (papyrologie, codicologie, histoire du livre ou bibliologie), de l’écriture (paléographie) et établissement du texte, des éditions diplomatique et critique (ecdotique). Ce premier niveau d’examen du document écrit comprend également la traduction du texte. Sans ce premier niveau d’analyse philologique, aucune analyse philosophique n’est possible ! La présentation d’Aurora Panzica et de Tiziana Suarez-Nani montrent bien l’importance cruciale de ce premier niveau d’analyse du texte : en quoi une bonne édition critique est nécessaire à la bonne compréhension d’un texte philosophique ? Elle est essentielle.

– une fois le texte établi : analyse linguistique, historique et littéraire (linguistique, histoire et critique littéraire, histoire sociale, politique, religieuse). La présentation de Manuel Lorenz montre bien à quel point l’analyse sémantique d’un terme peut influencer la compréhension d’une doctrine philosophique, ainsi que les enjeux d’une bonne traduction. C’est ce deuxième niveau d’analyse philologique d’un texte philosophique que j’illustre également à travers ma présentation, dans laquelle je montre en quoi l’analyse littéraire d’un texte permet de confirmer l’analyse philosophique de ce texte.

start_of_lucretius_drn_manuscript

Manuscrit écrit en 1563 à Paris et représentant le début du De Natura Rerum de Lucrèce. Actuellement à Cambridge University Library.

La philologie permet donc de lire un texte de manière critique, en prenant conscience de l’histoire d’un texte, et ce que cette histoire implique sur son contenu et sa forme, « elle questionne les autorités, met en doute les datations, propose des lectures alternatives », « elle compare, établit, refuse », comme le précise une nouvelle fois Julie Giovacchini[4]. « Apprendre ce qu’est un livre, comment il se fabrique, comment il s’édite et se diffuse », « savoir d’où vient ce qu’[on] lit, avoir des notions claires sur l’histoire des sources, et savoir qu’il existe des règles dans la transmission et la préservation d’un texte », connaître le contexte historique, littéraire et culturel, connaître le sens des mots employés, les fonctions spécifiques des genres littéraires utilisés, toutes ces fonctions de la philologie, qu’apportent-elles à l’étude philosophique d’un texte ? Comment, concrètement, dans notre pratique de chercheur, lier l’étude philologique et philosophique d’un texte? Ou plutôt, pour poser la question de manière plus provocative, mais plus proche de la réalité du travail d’historien de la philosophie, comment séparer étude philologique et philosophique d’un texte, tellement ces deux types d’études sont liés ?

Pour aller dans ce sens, je terminerai ces remarques introductives par cette citation de Julie Brumberg-Chaumont (CNRS) et Dominique Poirel (IRHT), qui ont travaillé ensemble à l’édition critique de deux commentaires médiévaux du De memoria et reminiscentia d’Aristote attribués tous deux à Adam de Buckfield (XIIIe s.), citation qui confirme le lien étroit entre philologie et philosophie dans la pratique quotidienne du chercheur:

« On ne peut séparer des « moments » différents dans l’édition critique, celui du philologue, puis celui du philosophe, mais, séparément ou dans la discussion, chacun des partenaires a dû refaire pour son compte l’ensemble du travail de l’autre[5]. »

Un  exemple à suivre de bonne pratique, interdisciplinaire, de la philosophie.


[1] Umberto Eco, Comment écrire sa thèse, Paris, Flammarion, 2016, p. 54.

[2] Umberto Eco, Comment écrire sa thèse, Paris, Flammarion, 2016, p. 55.

[3] Julie Giovacchini, philosophe et philologue qui travaille actuellement au CNRS, définit ainsi la philologie : « Qu’appelle-t-on aujourd’hui philologie ? Pour aller vite, l’étude des sources écrites par lesquelles sont transmis jusqu’à nous les différents savoirs et toutes les productions intellectuelles, des plus triviales aux plus abouties. Cette étude passe par un examen du support matériel de ces sources (la bibliologie ou codicologie), de leur littéralité et de leur fiabilité (ecdotique), enfin de leur sens (linguistique). (…) Être philologue, c’est avoir une certaine conscience du texte, quelle que soit son époque ; c’est savoir que ce texte est d’abord un objet, et qu’il a derrière lui une histoire parfois longue, dont les chaos divers ont eu sur son contenu et sa forme des conséquences profondes. La philologie apprend la rigueur mais aussi la méfiance. Elle questionne les autorités, met en doute les datations, propose des lectures alternatives ; elle sait qu’une citation peut parfois être une glose, et qu’un commentaire ressemble à s’y méprendre à une leçon originale. Elle compare, établit, refuse : elle est la science critique par excellence. » (Julie Giovacchini, « Parlons-nous de la même chose ? Du bon usage des langues anciennes et de la philologie », sur L’information philologique, le 25 janvier 2016. Consulté le 9 novembre 2016. URL : http://iphi.hypotheses.org/335)

[4] Julie Giovacchini, « Parlons-nous de la même chose ? Du bon usage des langues anciennes et de la philologie », sur L’information philologique, le 25 janvier 2016. Consulté le 9 novembre 2016. URL : http://iphi.hypotheses.org/335

[5] Julie Brumberg-Chaumont (CNRS) – Dominique Poirel (IRHT) − Établir, lire, interpréter les textes : les interactions de la philologie et de la philosophie dans un atelier d’édition de manuscrits (http://irht.hypotheses.org/1195)


Crédits photographiques:  Start of Lucretius DNR, par LegesRomanorum, Licence CC BY-SA.

Philosophie et interdisciplinarité 2016 – Introduction (Maël Goarzin)

Le 11 novembre avait lieu, à l’Université de Lausanne, la première Journée d’études « Philosophie et interdisciplinarité » du Programme doctoral romand en philosophie (CUSO). En guise d’introduction, j’ai précisé en quelques mots l’objet et l’objectif de cette journée, que je retranscris dans la suite de ce billet.

Objet de la journée 
: « philosophie et interdisciplinarité ».

Avant de parler d’interdisciplinarité, commençons par définir les disciplines académiques : Qu’est-ce qu’une discipline ? Qu’est-ce que la philosophie conçue comme discipline ?

On pourrait définir une discipline, me semble-t-il, par un certain nombre de concepts et de méthodes qui permettent d’étudier un certain nombre d’objets appartenant, historiquement, à ce champ disciplinaire. En ce sens, la philosophie envisagée comme discipline porterait sur un certain nombre de questions (Qu’est-ce que l’Être? Comment bien vivre?) et sur un certain nombre de textes (de l’Antiquité à nos jours), traités ou étudiés à l’aide d’un certain nombre d’outils, plus précisément des outils conceptuels ou méthodologiques propres au questionnement philosophique ou à l’interprétation de textes philosophiques. La philosophie entendue comme discipline au sens strict limiterait ainsi son champ d’études aux objets proprement philosophiques et étudierait ces objets à l’aide d’outils exclusivement philosophiques.

On voit, à travers cette définition très réductrice de la discipline à quel point il devient difficile de définir la philosophie de manière adéquate, c’est-à-dire de refléter la diversité des outils méthodologiques employés et des objets d’études considérés. Qu’est-ce qu’un objet philosophique ? Comment distinguer un objet philosophique d’un objet non-philosophique ? Que ce soit par les outils méthodologiques employés ou les objets d’études considérés, nombreux sont les chercheurs qui dépassent cette vision monodisciplinaire, réductrice de la philosophie. Alors comment décrire cette pratique concrète de la recherche en philosophie ?

C’est ici que l’interdisciplinarité entre en jeu. L’interdisciplinarité permet en effet de comprendre la double ouverture par rapport à cette première définition de la philosophie comme discipline qu’il est nécessaire d’opérer pour décrire de manière adéquate la réalité de la recherche en philosophie (en tout cas dans ma propre expérience) :

1° Une ouverture au niveau des objets étudiés par la philosophie. Si l’on considère la philosophie comme l’usage d’un certain nombre d’outils méthodologiques et conceptuels, le philosophe a la possibilité, en dehors des objets considérés traditionnellement comme philosophiques, de prendre comme objet d’études différentes catégories d’objets, philosophiques ou non. C’est, par exemple, ce que fait la pop-philosophie lorsqu’elle étudie les objets de la culture populaire comme le cinéma, les jeux vidéos ou les séries télé. La philosophie peut ainsi être définie, dans un premier temps, comme l’usage d’un certain nombre d’outils proprement philosophiques (analyse, définition, création de concepts, etc.) sur n’importe quel objet, philosophique ou non.

2° Une ouverture au niveau des outils conceptuels et méthodologiques employés par la philosophie. Dans cette perspective, toute question, tout texte considérés comme philosophiques peuvent être appréhendés à l’aide d’outils issus d’autres disciplines. Au-delà des disciplines, une diversité d’outils s’offre alors au chercheur pour traiter tel ou tel objet.

Avec cette double ouverture de la philosophie comme discipline, on voit se dessiner une certaine forme d’interdisciplinarité qui permet de concevoir la philosophie différemment, de manière plus large, comme un bon usage des différents outils (philosophiques ou non) à la disposition du chercheur pour l’étude d’un objet déterminé.

Pour terminer sur l’objet d’étude de cette journée, je dirais que l’interdisciplinarité est à comprendre en termes de dialogue et de partage d’outils historiquement issus d’une discipline précise, mais effectivement utilisés par différents chercheurs, issus de différentes disciplines, pour traiter des objets souvent différents, mais parfois semblables.

Objectif de la journée : interroger l’intérêt de l’interdisciplinarité en philosophie et mettre en évidence l’usage que les doctorants en font à l’heure actuelle en Suisse romande.

Approche adoptée : l’approche est avant tout méthodologique. A partir d’exemples précis proposés par les doctorants des universités romandes (voir le résumé des présentations de doctorants), cette journée d’études s’intéresse aux interactions qui peuvent avoir lieu entre la philosophie et d’autres disciplines au cours d’un travail de doctorat ou, de manière générale, au cours d’un travail de recherche. Plus précisément, il ne s’agit pas d’analyser ce que la philosophie peut apporter aux doctorants d’autres disciplines, avec l’idée que la philosophie, discipline reine, transcende toutes les autres disciplines et pourrait apporter quelque chose de plus aux autres disciplines. Ce n’est pas cette perspective que nous avons voulu prendre au cours de cette journée, mais il s’agit plutôt, au contraire, de discuter de l’apport méthodologique et conceptuel des disciplines extérieures au domaine philosophique dans le travail de recherche du philosophe : comment d’autres disciplines comme la logique, la philologie, la physique ou la biologie, entre autres, peuvent nourrir la réflexion des doctorants en philosophie ; comment certains concepts, certaines méthodes ou certains résultats de la recherche en sciences de l’environnement, en linguistique ou en économie, par exemple, peuvent enrichir la réflexion philosophique.

Programme de la journée : Pour ne pas se disperser, nous avons décidé de nous focaliser, durant cette journée d’études, sur deux thématiques touchant de près les doctorants et chercheurs en philosophie de Suisse romande :

1) le rapport entre la philosophie et la philologie
2) le rapport entre la philosophie et les disciplines scientifiques

Le programme complet se trouve ici!

Remerciements
 :

Organisateurs : Maël Goarzin (Unil) et Christian Sachse (Unil)
Responsables de l’activité : Filip Karfik (Unifr) et Alexandrine Schniewind (Unil)
Intervenants invités : Christine Clavien (Unige), Michael Esfeld (Unil), Tiziana Suarez-Nani (Unifr)
Doctorants (présentations) : Michel Bourban (Unil), Tiziano Ferrando (Unil),  Maël Goarzin (Unil), Manuel Lorenz (Unifr), Aurora Panzica (Unifr),  Judith Würgler (Unine)

La suite (en 2017) : Cette journée d’études « Philosophie et interdisciplinarité » est le 1er volet d’une réflexion qui sera poursuivie, l’année prochaine, par une deuxième journée d’études CUSO consacrée cette fois-ci à l’interdisciplinarité et la transdisciplinarité en philosophie. Vous trouverez, dès 2017, toutes les informations relatives à cette deuxième Journée d’études sur ce site.

Organisateurs : Maël Goarzin (UniL), Elodie Malbois (UniGe), Antoine Vuille (UniNe).
Responsables : Christine Clavien (UniGe), Michael Groneberg (UniL), Daniel Schulthess (UniNe)

Programme de la journée d’études « Philosophie et interdisciplinarité » – 11 novembre 2016 (Université de Lausanne)

Journée d’études CUSO – Programme Doctoral Romand en Philosophie
« Philosophie et interdisciplinarité »

11 novembre 2016 – Université de Lausanne
Bâtiment Anthropole, salle 3185
Arrêt de métro : Unil-Dorigny (M1)

https://interphilo.hypotheses.org

Intervenants invités : Dre Christine Clavien (UNIGE), Prof. Michael Esfeld (UNIL) et Prof. Tiziana Suarez-Nani (UNIFR)

Thème de la journée d’études :

L’interdisciplinarité est une réalité à laquelle un grand nombre de doctorants et de jeunes chercheurs sont confrontés à un moment ou à un autre de leur travail. Au cours d’une journée d’études organisée à l’Université de Lausanne, nous interrogerons l’intérêt de l’interdisciplinarité en philosophie et réfléchirons à l’usage que les doctorants en font à l’heure actuelle. Plus précisément, l’approche est méthodologique, et il s’agit de comprendre, à partir d’exemples précis proposés par les doctorants des universités de Suisse Occidentale, les interactions qui ont lieu entre la philosophie et d’autres disciplines au cours d’un travail de recherche. Il est courant d’aborder la question de l’interdisciplinarité en mettant en évidence ce que la philosophie peut apporter aux doctorants d’autres disciplines. Ce que cette journée d’études met en évidence, au contraire, c’est l’apport méthodologique et conceptuel des disciplines extérieures au domaine philosophique.

Pour cette journée d’études, nous avons décidé d’étudier la question de l’interdisciplinarité à partir de deux exemples précis : le rapport entre la philosophie et la philologie d’une part, et le rapport entre la philosophie et les disciplines scientifiques (biologie, physique, etc.) d’autre part.

Dans un premier temps, il s’agira de déterminer l’apport philosophique de l’étude philologique d’un texte (édition, traduction, analyse historique, littéraire et linguistique). Quelles sont les difficultés liées à l’interprétation philosophique d’un texte antique, médiéval ou moderne, et en quoi la philologie est-elle un outil essentiel pour la compréhension de ces textes ?

Dans un deuxième temps, il s’agira de s’interroger sur la tendance actuelle en philosophie des sciences à « prendre au sérieux » la pratique scientifique. Est-ce que cela signifie qu’une simple cohérence entre une position métaphysique et des données empiriques suffit (priorité de la métaphysique et de l’analyse a priori) ou est-ce que cela implique plutôt de commencer avec des données empiriques pour analyser ensuite sous quelles formes elles se laissent systématiser et utiliser pour des conclusions métaphysiques (priorité des données empiriques) ? De plus, il sera question de l’interaction possible avec des scientifiques et l’importance de sa propre connaissance scientifique pour la recherche en philosophie.

Programme de la journée d’études :

8h30-8h50 : Accueil, introduction à la journée d’études et au thème « Philosophie et philologie »

8h50-9h30 : Aurora Panzica (Unifr), « Les Questions sur les Météorologiques de Nicole Oresme : un problème philosophique et philologique »

9h30-10h10 : Manuel Lorenz (Unifr), « The naturalistic basis of the Stoic notion of ‚appropriate action’ (kathêkon) »

10h10-10h40 : PAUSE

10h40-11h20 : Maël Goarzin (Unil), « Postures et images d’auteur dans la Vie de Plotin de Porphyre : analyse du discours et philosophie antique »

11h20-12h : Prof. Tiziana Suarez-Nani (Unifr) : « Interdisciplinarité et pluridisciplinarité: l’exemple de la philosophie médiévale »

12h-13h30 : REPAS

13h30-13h40 : Introduction au thème « Philosophie et disciplines scientifiques »

13h40-14h20 : Michel Bourban (Unil), « La philosophie face au changement climatique. Quelle méthode pour la justice climatique ? »

14h20-15h : Judith Würgler (Unine), « L’apport de l’économie à la philosophie morale »

15h-15h30 : PAUSE

15h30-16h10 : Christine Clavien (Unige), « Interdisciplinarité : les avantages et les désavantages de se trouver entre deux eaux »

16h10-16h50 : Tiziano Ferrando (Unil), « Entre physique et métaphysique »

16h50-17h30 : Michael Esfeld (Unil), « Métaphysique naturalisée: philosophie et physique »

Inscription à l’activité CUSO : http://www.cuso.ch/activity/?p=863&uid=2879
Organisateurs: M. Maël Goarzin (Unil) et Dr. Christian Sachse (Unil)
Professeurs responsables: Prof. Filip Karfik (Unifr) et Prof. Alexandrine Schniewind (Unil)
Contact : Mael.Goarzin@unil.ch et Christian.Sachse@unil.ch

Pour s'inscrire à la journée d'études, cliquez ici

Manuel Lorenz (Unifr), « The naturalistic basis of the Stoic notion of ‚appropriate action’ (kathêkon) »

The notion of kathêkon is crucial within Stoic ethics. It describes an act which is appropriate for certain reasons. However, the conception behind this word is hard to handle. This can easily be seen by the attempts of translation. They range from “duty” which suggests a highly moral conception to “proper function” which appears almost ethically neutral. This illustrates a particular difficulty, namely that kathêkon represents a conception which is not exclusively ethical but also somehow related to natural science, or what the Stoics call physics.

In my presentation, I propose that the conception of kathêkon is even deeply rooted in physics. This seems to be the result of tracing back the notion to its origin. I shall demonstrate this by analyzing  the definition of kathêkon as it is ascribed to the Early Stoa (DL 7.107.8-10). The only way of reading this definition consistently is with regard to physics. I will show that the vocabulary can reassure such a reading if one takes into account especially Aristotle’s writings on natural science.

Aurora Panzica (Unifr), « Les Questions sur les Météorologiques de Nicole Oresme : un problème philosophique et philologique »

Dans le cadre de ma thèse doctorale en Philosophie médiévale, je m’occupe de l’édition critique et de l’étude doctrinale du premier livre des Questions sur les Météorologiques de Nicole Oresme, philosophe et mathématicien du XIVe siècle. S’agissant d’une édition critique d’un texte scientifique médiéval, ce travail demande des compétences multidisciplinaires, notamment historiographiques, philosophiques et philologiques.

Nicole Oresme est l’un des penseurs les plus importants du XIVe siècle. Les Questions sur les Météorologiques, transmises par une riche tradition manuscrite, représentent le seul grand ouvrage de ce philosophe encore inédit, et cela aussi à cause des problèmes philologiques liés à ce texte: il présente en effet des parentés très étroites avec les Questions sur les Météorologiques d’Albert de Saxe et les Questions sur les Météorologiques de Thémon le Juif.

Au cours de cet exposé je montrerai que, à partir d’une découverte philologique que j’ai eu l’occasion de faire pendant le préparation de ma thèse doctorale, il est maintenant possible de formuler une nouvelle hypothèse concernant les rapports entre les Questions d’Oresme, d’Albert de Saxe et de Thémon le Juif.

Maël Goarzin (Unil), « Postures et images d’auteur dans la Vie de Plotin de Porphyre : analyse du discours et philosophie antique »

Dans cette intervention, j’aimerais montrer, par un exemple issu de mes recherches sur les vies de philosophes, comment les outils conceptuels de l’analyse du discours peuvent être utiles pour l’interprétation philosophique d’un texte. Dans cette perspective, il me semble que l’analyse du discours biographique sur la vie de Plotin permet de mettre en évidence les objectifs promotionnels du texte biographique, lieu privilégié de la construction et de la promotion de l’image d’auteur. En outre, l’analyse du discours permet aussi de comprendre l’intérêt philosophique de l’image d’auteur construite par le discours biographique en vue de promouvoir un mode de vie particulier.

Dans le texte introductif à l’édition des Ennéades de Plotin, Porphyre façonne et transmet au lecteur des écrits de Plotin une certaine image de leur auteur. Dans ce texte rédigé en 301 et intitulé Sur la vie de Plotin et la mise en ordre de ses livres, Porphyre, ancien élève de Plotin, poursuit un double objectif : présenter son maître, décédé trente ans auparavant, et introduire au lecteur l’édition qu’il propose des écrits de Plotin.

L’introduction de Porphyre aux traités de Plotin et l’édition des Ennéades elle-même (à travers l’ordre systématique donné par Porphyre aux traités de Plotin) sont la source principale de l’image d’auteur de Plotin, c’est-à-dire telle qu’elle est façonnée par Porphyre dans un contexte éditorial bien spécifique (la promotion d’une nouvelle édition d’un livre lors de sa parution) et dans un contexte polémique aujourd’hui bien connu (la polémique entre Porphyre et Jamblique sur la définition de la philosophie). En quoi cette image reprend et reconstruit-elle l’image d’auteur produite par Plotin lui-même de son vivant, que ce soit la manière dont il se présente dans ses écrits (pris, cette fois, dans leur ordre chronologique et dans le contexte scolaire de leur écriture) ou l’ethos et la posture adoptés dans ses cours à Rome ? En quoi la construction par Porphyre de sa propre image d’auteur d’une part, et les finalités particulières de la Vie de Plotin incitent-elles Porphyre à modifier l’image d’auteur produite par Plotin, et en quoi le discours biographique, à cette fin, est-il un type de discours particulièrement approprié ?

Textes sources :

– Plotin, Traité 33 (II 9) Contre les gnostiques, in Plotin, Traités 30-37, L. Brisson et J.-F. Pradeau (dir.), Paris, GF Flammarion, 2006.
– Porphyre, La vie de Plotin, Brisson L. et al. (ed.), t. II, Vrin, Paris, 1992.

Littérature secondaire :

– Brisson L., Goulet-Cazé M.-O., Goulet R., O’Brien D., Porphyre, La vie de Plotin t. I: Travaux préliminaires et index grec complet, Vrin, Paris, 1982.

– Brisson L., « Le maître, exemple des vertus dans la tradition platonicienne: Plotin et Proclus », in Ricklin T., Exempla docent. Les exemples des philosophes de l’Antiquité à la Renaissance, Vrin, 2006, p. 49-60.

– Clivaz C., « Peut-on parler de posture littéraire pour un auteur antique ? », COnTEXTES, 8 (2011). URL : http://contextes.revues.org/4722

– Cossutta F., Delormas P. et Maingueneau D. (éds), La Vie à l’œuvre. Le biographique dans le discours philosophique, Limoges, Éditions Lambert-Lucas, 2012.

– Cossutta F., « Le Statut du biographique dans le discours philosophique », in La Vie à l’œuvre. Le biographique dans le discours philosophique, éds Frédéric Cossutta, Pacale Delormas et Dominique Maingueneau, Limoges, Éditions Lambert-Lucas, 2012, p. 121-152.

– Goarzin M., « Vies de Moïse et de Pythagore : la fonction de l’exemplum dans les biographies de l’Antiquité tardive », Fabula / Les colloques, Posture d’auteurs: du Moyen Âge à la modernité, URL : http://www.fabula.org/colloques/document2370.php, article publié le 11 juillet 2014, page consultée le 29 septembre 2014.

– Goulet R., « Les vies de philosophes de l’Antiquité tardive », in Etudes sur les vies de philosophes de l’Antiquité tardive, Paris, Vrin, 2001, p. 3-63.

– Goulet R. (ed.), Dictionnaire des philosophes antiques, t. Va, de Paccius à Plotin, Paris, CNRS éditions, 2012, entrée « Plotin », pp. 885-1058.

– Goulet R. (ed.), Dictionnaire des philosophes antiques, t. Vb, de Plotina à Rutilius Rufus, Paris, CNRS éditions, 2012, entrée « Porphyre de Tyr », pp. 1289-1468.

– Goulet-Cazé M.-O., « L’arrière-plan scolaire de la Vie de Plotin », in Brisson L. et al., Porphyre, La vie de Plotin t. I, Vrin, Paris, 1982, p. 231-327.

– Maingueneau D., « L’Analyse du discours et ses frontières », Marges linguistiques, n° 9, 2005, p. 64-75.

– Maingueneau D., « La Biographie des philosophes dans une perspective d’analyse du discours », in La Vie à l’œuvre. Le biographique dans le discours philosophique, éds Frédéric Cossutta, Pascale Delormas et Dominique Maingueneau, Limoges, Éditions Lambert-Lucas, 2012, p. 21-36.

– Meizoz J., Postures littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur, Genève, Slatkine Érudition, 2007.

– Meizoz J., La Fabrique des singularités. Postures littéraires II, Genève, Slatkine Érudition, 2011.

– Saffrey H. D., « Pourquoi Porphyre a-t-il édité Plotin. Réponse provisoire », in Brisson L. et al., Porphyre, La vie de Plotin t. I, Vrin, Paris, 1982, p. 31-64.

Michel Bourban (Unil), « La philosophie face au changement climatique. Quelle méthode pour la justice climatique ? »

L’objectif de ma présentation est d’expliquer pour quelles raisons et de quelle manière la méthode qui domine actuellement la recherche en justice climatique devrait être remise en question. Je voudrais montrer pourquoi l’heure d’un tournant méthodologique est venue, et comment il convient de le mener pour augmenter l’impact de la philosophie pratique sur le réel.

Depuis l’émergence de la justice climatique au début des années 1990, la manière d’aborder philosophiquement le changement climatique a majoritairement pris la forme d’une approche ex principiis. L’idée est de partir des principes de justice globale et des modèles théoriques leur servant de fondement pour montrer ce que la justice climatique prescrit comme action (réduction, adaptation, réparation), et à qui elle le prescrit (États, entreprises, individus). Dans ce type de démarche, les disciplines non philosophiques jouent un rôle mineur. Certaines données empiriques des sciences du climat sont certes prises en compte, mais le champ de recherche est généralement caractérisé par un intérêt peu marqué pour les résultats des recherches d’autres disciplines. Les débats portent principalement sur le modèle théorique le plus à même de mettre à jour les principaux devoirs de justice climatique. La concurrence est ouverte entre le cosmopolitisme (Vanderheiden, Caney, Harris), le suffisantisme (Miller), l’internationalisme pluraliste (Risse), l’approche lockéenne (Singer et Chauvier), et d’autres positions philosophiques influentes. Ces positions servent de fondements à différents principes de justice climatique, eux-mêmes étant le plus souvent en concurrence les uns par rapport aux autres : pollueur-payeur, capacité à payer, bénéficiaire-payeur, non-coopérateur-payeur, sacrifice égal, non-gaspillage, ou encore pouvoir-responsabilité. Cette démarche, qui consiste à partir d’une théorie de la justice globale pour y faire entrer le problème climatique, a comme effet d’éloigner progressivement les théories de la justice climatique des résultats les plus récents des recherches empiriques sur le changement climatique et des préoccupations concrètes des preneurs de décision politique.

La méthode que je souhaiterais défendre et développer ici ne part plus des principes et des modèles théoriques leur servant de fondement (ex principiis), mais des données empiriques fournies par d’autres disciplines (ex datis). L’idée est de partir de données extra-philosophiques, comme les données scientifiques sur le changement climatique, mais aussi des descriptions des institutions politiques fournies par les sciences politiques et des descriptions d’outils du marché fournies par l’économie. Il s’agit d’inverser la tendance actuelle à l’enfermement du champ de recherche sur lui-même en proposant une approche profondément, et non pas superficiellement, interdisciplinaire.

Pourquoi philosopher ex datis sur le changement climatique ? Pour deux raisons principales, que je souhaiterais développer dans ma présentation, et que j’énonce ici brièvement. Premièrement, une approche qui passe trop rapidement sur les données empiriques du changement climatique risque de mal comprendre la nature du problème. Avant de se lancer dans des considérations philosophiques, il faut bien comprendre les principales caractéristiques du changement climatique. Les philosophes qui procèdent ex principiis risquent de caractériser le problème de manière erronée. Plutôt que de s’empresser d’arriver à une théorie cosmopolitique, suffisantiste ou lockéenne de la justice climatique, il convient de bien prendre le temps de comprendre les résultats principaux des recherches effectuées par les scientifiques.

Deuxièmement, une approche trop abstraite qui s’en tient aux principes et aux modèles théoriques risque de négliger les caractéristiques non idéales du monde réel. Il convient de se demander à quel point les principes abstraits de justice climatique nous aident dans la lutte internationale contre le changement climatique. Nous sommes ici contraints de philosopher dans un contexte d’urgence. Les émissions mondiales de gaz à effet de serre provenant de l’activité humaine doivent très rapidement être stabilisées, puis réduites pour éviter les pires scénarios. Pour savoir où nous en sommes dans la lutte contre le changement climatique, et surtout pour savoir quelles solutions ont des chances d’être mises en œuvre dans les années à venir, qui seront cruciales pour les générations à venir, nous devons nous demander : quelles sont les institutions politiques, sociales et économiques en mesure de lutter efficacement et rapidement contre le changement climatique ? Sans prise en compte des recherches effectuées par les spécialistes des relations internationales et par les économistes, il est impossible de proposer des solutions concrètes et faisables pour promouvoir la justice climatique dans le monde réel.

Les philosophes peu sensibles aux données extra-philosophiques courent le risque de tomber dans le dogmatisme. Telles que je les perçois, les recherches en justice climatique se trouvent aujourd’hui à un croisement entre, d’un côté, des recherches toujours plus abstraites et difficiles à suivre (y compris pour les philosophes !) en matière de justification des principes et, d’un autre côté, des interrogations plus pragmatiques sur l’application de ces principes dans le réel. Si un nombre déjà important et croissant de philosophes ont choisi la première voie, se lançant dans un échange interminable d’arguments et d’objections sans se demander si leur discours est compréhensible pour des non-philosophes, je pense au contraire que face à un problème aussi urgent, nous avons tout intérêt, une fois le travail de clarification conceptuelle effectué, à revenir au réel pour ne pas nous en éloigner définitivement.

Mon objectif n’est pas de dire que philosopher ex principiis sur le changement climatique n’a aucune pertinence. Grâce aux deux décennies et demi de recherches sur la justice climatique, les jeunes chercheurs n’arrivent pas dans une terra incongnita et peuvent largement puiser dans les ressources intellectuelles léguées par les philosophes qui les ont précédés. Je cherche simplement à montrer certaines des limites rencontrées par l’approche méthodologique dominante et je propose d’essayer d’aborder le problème climatique autrement, en adoptant une démarche ex datis. Le but est moins de substituer les résultats admirables déjà obtenus par ce champ de recherche nouveau et en pleine expansion que de les compléter à partir d’une approche plus sensibles aux données empiriques et plus ouverte aux apports des autres disciplines.

Judith Würgler (Unine), « L’apport de l’économie à la philosophie morale »

Mon intérêt pour la philosophie morale a été fortement stimulé par mon intérêt pour la philosophie de l’économie. Je dirais même que la philosophie morale a commencé à m’intéresser après avoir découvert la philosophie de l’économie. Dans ce contexte, j’ai assez rapidement éprouvé une impression d’inadéquation entre certaines critiques offertes par la philosophie morale d’un côté et leur impact sur la science économique et ses acteurs de l’autre. L’explication provient peut-être d’une inadéquation de l’approche morale traditionnelle. C’est du moins ce que je cherche à explorer ici.

Il est possible d’approcher la critique morale de l’économie de deux façons : selon la première, le philosophe commence par établir les critères moraux d’évaluation de l’action et les applique ensuite au cas du marché et de ses acteurs. Les critères sont donc externes à la science économique. Selon la seconde approche, il s’agit d’abord de comprendre le fonctionnement du marché afin de formuler des critiques internes à la science économique. La première approche représente l’approche dominante actuellement, que nous trouvons notamment dans les fameuses normes de responsabilité sociale de l’entreprise (RSE). Néanmoins, même si cette approche présente des avantages et peut s’avérer fructueuse en termes de résultats, elle présente également des défauts. La présentation qui suit va exposer, dans un premier temps, les possibles défauts de l’approche externe et les avantages réciproques de l’approche interne. Nous découvrirons ensuite le surprenant potentiel critique de cette seconde approche, qui remet en cause notre conception habituelle du rapport entre la philosophie morale et l’économie. La présentation se basera principalement sur des textes du philosophe de Pierre-Yves Néron, dont les recherches portent essentiellement sur la moralité du marché.

L’approche traditionnelle de la critique morale du marché tend à d’abord formuler des critères éthiques sur la base d’une théorie morale, notamment la doctrine kantienne, l’utilitarisme, ou la doctrine des vertus, pour ensuite appliquer ces critères aux décisions et actions du dirigeant de l’entreprise. Les critères sont ainsi « injectés » dans la conduite du marché, sans tenir compte des spécificités de cette institution. Pierre-Yves Néron soulève trois problèmes principaux au sujet de cette conception traditionnelle de la critique morale – qu’elle soit dirigée contre le marché ou contre une autre institution.

  • « Un tel modèle […] met une emphase exagérée sur le caractère moral et vertueux de certains agents, dans ce cas-ci les hauts dirigeants d’entreprise. » [p. 6.]
  • « [L]e modèle du dirigeant éthique se donne comme principal objet d’analyse les comportements des principaux hauts dirigeants de grandes entreprises, ce qui peut s’avérer problématique après mûre réflexion. » [p. 7.]
  • « [P]lus fondamentalement, la focalisation sur les comportements des hauts dirigeants ne donne qu’une idée très vague de l’importance de l’institution du marché et de ses modalités de fonctionnement. » [p. 7.]

L’axe principal de la présentation, après avoir expliqué les trois objections, portera sur le troisième problème. Ce dernier invite les critiques morales du marché à recentrer l’analyse sur l’institution du marché elle-même plutôt que de se focaliser sur les dirigeants d’entreprise. Pierre-Yves Néron invite à imaginer des « marchés éthiques » plutôt qu’à tenter de transformer les hauts dirigeants en « dirigeants éthiques ».

Pierre-Yves Néron appuie son propos en montrant le potentiel critique d’une notion purement économique, à savoir celle des « défaillances du marché ». L’économie parle de « défaillances » dans des situations où le marché ne parvient pas à réaliser l’objectif qu’il est censé réaliser, à savoir l’efficience économique. Les économistes ont révélé quatre défaillances principales : (1) les externalités négatives, (2) les biens publics, (3) l’absence de concurrence parfaite et (4) les asymétries d’information. Sans entrer dans les détails, nous voyons que chacune de ces situations présente un critère normatif interne au marché : c’est l’objectif du marché lui-même qui n’est pas réalisé. Cela ouvre déjà la voie à la légitimation d’interventions étatiques importantes pour pallier ces défaillances, mais surtout cela permet de mesurer à la fois l’étendue et la limite de la critique morale du comportement des dirigeants d’entreprise.

D’un côté, nous voyons pointer les limites de la critique du comportement des dirigeants d’entreprise : le comportement compétitif au sein des marchés ne constitue pas simplement une option pour le dirigeant, mais une obligation. Il n’est donc pas possible d’appliquer à ce comportement les critères de la moralité générale que nous appliquons à l’extérieur de l’institution du marché. Bien entendu, cette caution morale, comme l’appelle Pierre-Yves Néron, n’est accordée aux acteurs économiques que de façon conditionnelle et limitée. (p. 11). Elle est conditionnelle dans le sens qu’elle dépend de la réalisation d’un objectif, à savoir l’efficience économique. Si l’objectif est abandonné, alors la caution morale est abandonnée également. En outre, cette caution morale est limitée ; la recherche du profit et la compétition ne sont plus légitimes si elles impliquent de tirer profit des défaillances du marché ; la principale obligation morale des dirigeants d’entreprise consiste ainsi à ne pas profiter des défaillances du marché.

Le potentiel critique de cette approche se déploie lorsque nous l’appliquons au cas concret du lobbying. En effet, les lobbies économistes s’affairent souvent à empêcher les interventions de l’état qui visent à supprimer une défaillance du marché. Pire encore, les lobbies font également pression sur l’Etat pour établir des lois qui créent des défaillances de marché – jusqu’alors inexistantes. Or, nous avons vu que du point de vue économique lui-même, de telles pratiques sont moralement contestables.

En conclusion, il me faut préciser que cette présentation n’a pas prétention à s’opposer à toute forme de critique externe du marché. En effet, le marché comme institution visant à l’efficience économique peut être critiqué de différentes manières tout à fait valables, tant du point de vue moral que politique. Néanmoins, nous avons vu que la critique doit s’écarter du comportement du seul dirigeant, pour s’appliquer plutôt à l’institution du marché dans sa globalité. Elle gagnera en légitimité et sera certainement mieux accueillie par les dirigeants qui, bien souvent, se trouvent tiraillés par des exigences multiples.

Tiziano Ferrando (Unil), « Entre physique et métaphysique »

Les débats contemporains sur le réalisme scientifique sont souvent motivés par les implications ontologiques de la mécanique quantique. Dans ce cadre, plusieurs philosophes choisissent de prendre la physique comme guide pour une recherche métaphysique pertinente en opposant les catégories traditionnelles et, dans le cas du Réalisme Structurel Ontologique (RSO), ils tentent d’argumenter contre l’existence des objets[1] en faveur d’une conception structurelle de la réalité. Néanmoins, il est possible de suivre la physique sans arriver aux mêmes conclusions, et en particulier dans le contexte de la mécanique quantique où la formulation mathématique de la théorie en elle-même ne dévoile pas clairement l’ontologie[2].

Il est important remarquer que dans une conception modérée du RSO[3], on peut considérer les relata comme tout aussi fondamentales que les relations. On ­retient de la physique l’intuition que la matière est fondamentalement discrète—l’idée qu’il existe un niveau fondamental de la réalité dans lequel se trouvent des particules punctiformes, c’est-à-dire des atomes au sens Démocritéen du terme. On retient aussi de la physique l’idée que les propriétés que l’on veut attribuer aux objets sont des propriétés dynamiques, et que, dans le cas de la mécanique quantique, ces propriétés ont un aspect holistique (elles caractérisent un système dans son entièreté).

Le but de mon travail est de m’introduire dans le débat autour du RSO et de proposer une analyse de trois différentes relations de dépendance (essentielle, métaphysique, épistémologique) afin d’obtenir une vision du monde et des rapports entre image scientifique et image manifeste[4] qui soit claire et en accord avec la physique.

En premier lieu, on trouve une interdépendance essentielle entre objets et relations au niveau fondamental. Les relations les plus fondamentales et simples sont des relations spatiales de distance entre les quanta de matière. Il est important de souligner que l’on sort ici du domaine de la physique expérimentale et expérimentable, bien que la physique ait permis de rejeter différents bagages ontologiques à disposition avant de proposer une solution qui soit à la fois simple et en accord avec ce que l’on connaît du monde actuel.[5] Le cadre général de référence est un relationnisme de type leibnizien. On postule uniquement qu’il existe un réseau de quasi-objets et de relations spatiales, et que ces relations spatiales changent.

Un deuxième type de dépendance sera métaphysique et interviendra entre le niveau fondamental et l’énormité de patterns[6] qui constitue les domaines d’enquête des différentes sciences ainsi que l’image du monde communément perçue. On soutiendra alors que cette relation s’articule en termes de fondement (grounding)[7] et l’on approfondira les rapports de cette notion avec celles de survenance et de composition.

La troisième relation que l’on considérera sera la dépendance épistémologique entre certaines propositions d’un langage et certains patterns dans le réseau. Les patterns seront cette fois traités comme des vérifacteurs (truthmakers).[8] Dans le cas de la physique, les propositions seront des équations et le débat rejoindra donc celui du réalisme en philosophie des mathématiques.

Références

Bell, J.S., (1975). « The Theory of Local Beables », reprinted in J.S. Bell, Speakable and Unspeakable in Quantum Mechanics, Cambridge, 2004.

Dennet, D. (1991). “Real Patterns”. Journal of Philosophy 87, 27–51.

Durr, D., Goldstein, S. and Zanghì, N. (2013). Quantum Physics without Quantum Philosophy. Berlin : Springer.

Esfeld, M., et al. (2014). « The physics and metaphysics of primitive stuff. » The British Journal for the Philosophy of Science.

Esfeld, M. and Lam, V. (2008). « Moderate structural realism about space-time ». Synthese 160(1): 27-46.

French, S. (2014). The structure of the World : metaphysics and representation, Oxford : Oxford University Press.

Sellars, W. (1962). Philosophy and the Scientic Image of Man. In: R. Colodny (ed.), Frontiers of Science and Philosophy, Pittsburgh University Press (1962).


[1] Récemment (French 2014).

[2] Comme exposé par (Bell 1975) et (DGZ 2013) entre autres.

[3] Voir (Esfeld & Lam 2008) et (Esfeld et al. 2014).

[4] Dans la terminologie de (Sellars 1962).

[5] On ne considère pas ici les aspects modaux de cette position.

[6] Dans le sens de (Dennett 1991).

[7] Occurrence d’un pattern x in virtue of l’occurrence d’un pattern y in virtue of l’existence d’une certaine structure dans le réseau.

[8] Vérité d’une proposition x in virtue of l’occurrence d’un pattern y.

Au-delà des frontières – Journée d’études « Philosophie et interdisciplinarité » (11 novembre 2016)

L’interdisciplinarité est à la mode. Alors plutôt que de la rejeter ou de l’embrasser a priori, questionnons sa pertinence et son intérêt. Car au-delà d’une mode, l’interdisciplinarité est avant tout une réalité à laquelle un grand nombre de doctorants et de jeunes chercheurs sont confrontés à un moment ou à un autre de leur travail. Au cours d’une journée d’études organisée à l’Université de Lausanne au mois de novembre 2016, et dont ce carnet se veut le support, nous voudrions donc interroger l’intérêt de l’interdisciplinarité en philosophie et mettre en évidence l’usage que les doctorants en font à l’heure actuelle. Plus précisément, l’approche sera méthodologique, et il s’agira donc de comprendre, à partir d’exemples précis proposés par les doctorants des universités de Suisse Occidentale, les interactions qui peuvent avoir lieu entre la philosophie et d’autres disciplines au cours d’un travail de doctorat. Il est courant d’aborder la question de l’interdisciplinarité en mettant en évidence ce que la philosophie peut apporter aux doctorants d’autres disciplines. Ce que cette journée d’études veut mettre en évidence, au contraire, c’est l’apport méthodologique et conceptuel des disciplines extérieures au domaine philosophique. Comment d’autres disciplines comme la logique, les philologies classique et moderne ou la biologie, entre autres, peuvent nourrir la réflexion des doctorants en philosophie? Comment certains concepts, certaines méthodes ou certains résultats de la recherche en sciences de l’environnement, en linguistique ou en physique, par exemple, peuvent-ils enrichir la réflexion philosophique? Et au-delà d’un simple usage de l’interdisciplinarité, quel dialogue peut s’établir, concrètement, entre la philosophie et ces différentes disciplines? Au cours de cette journée, nous étudierons cette question de l’interdisciplinarité à partir de deux exemples précis : le rapport entre la philosophie et la philologie d’une part, et le rapport entre la philosophie et les disciplines scientifiques (biologie, physique, etc.) d’autre part.

Dans un premier temps, il s’agira de déterminer l’apport philosophique de l’étude philologique d’un texte (édition, traduction, analyse historique, littéraire et linguistique). Quelles sont les difficultés liées à l’interprétation philosophique d’un texte antique, médiéval ou moderne, et en quoi la philologie est-elle un outil essentiel pour la compréhension de ces textes?

Dans un deuxième temps, il s’agira de s’interroger sur la tendance actuelle en philosophie des sciences à « prendre au sérieux » la pratique scientifique. Est-ce que cela signifie qu’une simple cohérence entre une position métaphysique et des données empiriques suffit (priorité de la métaphysique et de l’analyse a priori) ou est-ce que cela implique plutôt de commencer avec des données empiriques pour analyser ensuite sous quelles formes elles se laissent systématiser et utiliser pour des conclusions métaphysiques (priorité des données empiriques)? De plus, il sera question de l’interaction possible avec des scientifiques et l’importance de sa propre connaissance scientifique pour la recherche en philosophie.

L’intérêt de cette journée d’études est double. Elle permettra tout d’abord aux doctorants qui le souhaitent de présenter un point précis de leur recherche exemplifiant leur usage personnel de l’interdisciplinarité et de soumettre aux autres doctorants leurs choix méthodologiques. Outre l’intérêt méthodologique, cette journée d’études permettra ainsi de mettre en place une réflexion avancée sur deux axes précis touchant la question de l’interdisciplinarité (philosophie/philologie et philosophie des sciences ) et offrira la possibilité d’un dialogue réel entre les chercheurs débutants et confirmés de Suisse Occidentale.

Pour s’inscrire à la journée d’études, cliquez ici:

Pour s'inscrire à la journée d'études, cliquez ici