Tiziano Ferrando (Unil), « Entre physique et métaphysique »

Les débats contemporains sur le réalisme scientifique sont souvent motivés par les implications ontologiques de la mécanique quantique. Dans ce cadre, plusieurs philosophes choisissent de prendre la physique comme guide pour une recherche métaphysique pertinente en opposant les catégories traditionnelles et, dans le cas du Réalisme Structurel Ontologique (RSO), ils tentent d’argumenter contre l’existence des objets[1] en faveur d’une conception structurelle de la réalité. Néanmoins, il est possible de suivre la physique sans arriver aux mêmes conclusions, et en particulier dans le contexte de la mécanique quantique où la formulation mathématique de la théorie en elle-même ne dévoile pas clairement l’ontologie[2].

Il est important remarquer que dans une conception modérée du RSO[3], on peut considérer les relata comme tout aussi fondamentales que les relations. On ­retient de la physique l’intuition que la matière est fondamentalement discrète—l’idée qu’il existe un niveau fondamental de la réalité dans lequel se trouvent des particules punctiformes, c’est-à-dire des atomes au sens Démocritéen du terme. On retient aussi de la physique l’idée que les propriétés que l’on veut attribuer aux objets sont des propriétés dynamiques, et que, dans le cas de la mécanique quantique, ces propriétés ont un aspect holistique (elles caractérisent un système dans son entièreté).

Le but de mon travail est de m’introduire dans le débat autour du RSO et de proposer une analyse de trois différentes relations de dépendance (essentielle, métaphysique, épistémologique) afin d’obtenir une vision du monde et des rapports entre image scientifique et image manifeste[4] qui soit claire et en accord avec la physique.

En premier lieu, on trouve une interdépendance essentielle entre objets et relations au niveau fondamental. Les relations les plus fondamentales et simples sont des relations spatiales de distance entre les quanta de matière. Il est important de souligner que l’on sort ici du domaine de la physique expérimentale et expérimentable, bien que la physique ait permis de rejeter différents bagages ontologiques à disposition avant de proposer une solution qui soit à la fois simple et en accord avec ce que l’on connaît du monde actuel.[5] Le cadre général de référence est un relationnisme de type leibnizien. On postule uniquement qu’il existe un réseau de quasi-objets et de relations spatiales, et que ces relations spatiales changent.

Un deuxième type de dépendance sera métaphysique et interviendra entre le niveau fondamental et l’énormité de patterns[6] qui constitue les domaines d’enquête des différentes sciences ainsi que l’image du monde communément perçue. On soutiendra alors que cette relation s’articule en termes de fondement (grounding)[7] et l’on approfondira les rapports de cette notion avec celles de survenance et de composition.

La troisième relation que l’on considérera sera la dépendance épistémologique entre certaines propositions d’un langage et certains patterns dans le réseau. Les patterns seront cette fois traités comme des vérifacteurs (truthmakers).[8] Dans le cas de la physique, les propositions seront des équations et le débat rejoindra donc celui du réalisme en philosophie des mathématiques.

Références

Bell, J.S., (1975). « The Theory of Local Beables », reprinted in J.S. Bell, Speakable and Unspeakable in Quantum Mechanics, Cambridge, 2004.

Dennet, D. (1991). “Real Patterns”. Journal of Philosophy 87, 27–51.

Durr, D., Goldstein, S. and Zanghì, N. (2013). Quantum Physics without Quantum Philosophy. Berlin : Springer.

Esfeld, M., et al. (2014). « The physics and metaphysics of primitive stuff. » The British Journal for the Philosophy of Science.

Esfeld, M. and Lam, V. (2008). « Moderate structural realism about space-time ». Synthese 160(1): 27-46.

French, S. (2014). The structure of the World : metaphysics and representation, Oxford : Oxford University Press.

Sellars, W. (1962). Philosophy and the Scientic Image of Man. In: R. Colodny (ed.), Frontiers of Science and Philosophy, Pittsburgh University Press (1962).


[1] Récemment (French 2014).

[2] Comme exposé par (Bell 1975) et (DGZ 2013) entre autres.

[3] Voir (Esfeld & Lam 2008) et (Esfeld et al. 2014).

[4] Dans la terminologie de (Sellars 1962).

[5] On ne considère pas ici les aspects modaux de cette position.

[6] Dans le sens de (Dennett 1991).

[7] Occurrence d’un pattern x in virtue of l’occurrence d’un pattern y in virtue of l’existence d’une certaine structure dans le réseau.

[8] Vérité d’une proposition x in virtue of l’occurrence d’un pattern y.


2 réflexions au sujet de « Tiziano Ferrando (Unil), « Entre physique et métaphysique » »

  1. Ping : Au-delà des frontières disciplinaires: philosophie et interdisciplinarité – Comment vivre au quotidien?

  2. Ping : Philosophie et interdisciplinarité – Introduction (2016) | Au-delà des frontières

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *