Judith Würgler (Unine), « L’apport de l’économie à la philosophie morale »

Mon intérêt pour la philosophie morale a été fortement stimulé par mon intérêt pour la philosophie de l’économie. Je dirais même que la philosophie morale a commencé à m’intéresser après avoir découvert la philosophie de l’économie. Dans ce contexte, j’ai assez rapidement éprouvé une impression d’inadéquation entre certaines critiques offertes par la philosophie morale d’un côté et leur impact sur la science économique et ses acteurs de l’autre. L’explication provient peut-être d’une inadéquation de l’approche morale traditionnelle. C’est du moins ce que je cherche à explorer ici.

Il est possible d’approcher la critique morale de l’économie de deux façons : selon la première, le philosophe commence par établir les critères moraux d’évaluation de l’action et les applique ensuite au cas du marché et de ses acteurs. Les critères sont donc externes à la science économique. Selon la seconde approche, il s’agit d’abord de comprendre le fonctionnement du marché afin de formuler des critiques internes à la science économique. La première approche représente l’approche dominante actuellement, que nous trouvons notamment dans les fameuses normes de responsabilité sociale de l’entreprise (RSE). Néanmoins, même si cette approche présente des avantages et peut s’avérer fructueuse en termes de résultats, elle présente également des défauts. La présentation qui suit va exposer, dans un premier temps, les possibles défauts de l’approche externe et les avantages réciproques de l’approche interne. Nous découvrirons ensuite le surprenant potentiel critique de cette seconde approche, qui remet en cause notre conception habituelle du rapport entre la philosophie morale et l’économie. La présentation se basera principalement sur des textes du philosophe de Pierre-Yves Néron, dont les recherches portent essentiellement sur la moralité du marché.

L’approche traditionnelle de la critique morale du marché tend à d’abord formuler des critères éthiques sur la base d’une théorie morale, notamment la doctrine kantienne, l’utilitarisme, ou la doctrine des vertus, pour ensuite appliquer ces critères aux décisions et actions du dirigeant de l’entreprise. Les critères sont ainsi « injectés » dans la conduite du marché, sans tenir compte des spécificités de cette institution. Pierre-Yves Néron soulève trois problèmes principaux au sujet de cette conception traditionnelle de la critique morale – qu’elle soit dirigée contre le marché ou contre une autre institution.

  • « Un tel modèle […] met une emphase exagérée sur le caractère moral et vertueux de certains agents, dans ce cas-ci les hauts dirigeants d’entreprise. » [p. 6.]
  • « [L]e modèle du dirigeant éthique se donne comme principal objet d’analyse les comportements des principaux hauts dirigeants de grandes entreprises, ce qui peut s’avérer problématique après mûre réflexion. » [p. 7.]
  • « [P]lus fondamentalement, la focalisation sur les comportements des hauts dirigeants ne donne qu’une idée très vague de l’importance de l’institution du marché et de ses modalités de fonctionnement. » [p. 7.]

L’axe principal de la présentation, après avoir expliqué les trois objections, portera sur le troisième problème. Ce dernier invite les critiques morales du marché à recentrer l’analyse sur l’institution du marché elle-même plutôt que de se focaliser sur les dirigeants d’entreprise. Pierre-Yves Néron invite à imaginer des « marchés éthiques » plutôt qu’à tenter de transformer les hauts dirigeants en « dirigeants éthiques ».

Pierre-Yves Néron appuie son propos en montrant le potentiel critique d’une notion purement économique, à savoir celle des « défaillances du marché ». L’économie parle de « défaillances » dans des situations où le marché ne parvient pas à réaliser l’objectif qu’il est censé réaliser, à savoir l’efficience économique. Les économistes ont révélé quatre défaillances principales : (1) les externalités négatives, (2) les biens publics, (3) l’absence de concurrence parfaite et (4) les asymétries d’information. Sans entrer dans les détails, nous voyons que chacune de ces situations présente un critère normatif interne au marché : c’est l’objectif du marché lui-même qui n’est pas réalisé. Cela ouvre déjà la voie à la légitimation d’interventions étatiques importantes pour pallier ces défaillances, mais surtout cela permet de mesurer à la fois l’étendue et la limite de la critique morale du comportement des dirigeants d’entreprise.

D’un côté, nous voyons pointer les limites de la critique du comportement des dirigeants d’entreprise : le comportement compétitif au sein des marchés ne constitue pas simplement une option pour le dirigeant, mais une obligation. Il n’est donc pas possible d’appliquer à ce comportement les critères de la moralité générale que nous appliquons à l’extérieur de l’institution du marché. Bien entendu, cette caution morale, comme l’appelle Pierre-Yves Néron, n’est accordée aux acteurs économiques que de façon conditionnelle et limitée. (p. 11). Elle est conditionnelle dans le sens qu’elle dépend de la réalisation d’un objectif, à savoir l’efficience économique. Si l’objectif est abandonné, alors la caution morale est abandonnée également. En outre, cette caution morale est limitée ; la recherche du profit et la compétition ne sont plus légitimes si elles impliquent de tirer profit des défaillances du marché ; la principale obligation morale des dirigeants d’entreprise consiste ainsi à ne pas profiter des défaillances du marché.

Le potentiel critique de cette approche se déploie lorsque nous l’appliquons au cas concret du lobbying. En effet, les lobbies économistes s’affairent souvent à empêcher les interventions de l’état qui visent à supprimer une défaillance du marché. Pire encore, les lobbies font également pression sur l’Etat pour établir des lois qui créent des défaillances de marché – jusqu’alors inexistantes. Or, nous avons vu que du point de vue économique lui-même, de telles pratiques sont moralement contestables.

En conclusion, il me faut préciser que cette présentation n’a pas prétention à s’opposer à toute forme de critique externe du marché. En effet, le marché comme institution visant à l’efficience économique peut être critiqué de différentes manières tout à fait valables, tant du point de vue moral que politique. Néanmoins, nous avons vu que la critique doit s’écarter du comportement du seul dirigeant, pour s’appliquer plutôt à l’institution du marché dans sa globalité. Elle gagnera en légitimité et sera certainement mieux accueillie par les dirigeants qui, bien souvent, se trouvent tiraillés par des exigences multiples.


Une réflexion au sujet de « Judith Würgler (Unine), « L’apport de l’économie à la philosophie morale » »

  1. Ping : Philosophie et interdisciplinarité – Introduction (2016) | Au-delà des frontières

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *