Michel Bourban (Unil), « La philosophie face au changement climatique. Quelle méthode pour la justice climatique ? »

L’objectif de ma présentation est d’expliquer pour quelles raisons et de quelle manière la méthode qui domine actuellement la recherche en justice climatique devrait être remise en question. Je voudrais montrer pourquoi l’heure d’un tournant méthodologique est venue, et comment il convient de le mener pour augmenter l’impact de la philosophie pratique sur le réel.

Depuis l’émergence de la justice climatique au début des années 1990, la manière d’aborder philosophiquement le changement climatique a majoritairement pris la forme d’une approche ex principiis. L’idée est de partir des principes de justice globale et des modèles théoriques leur servant de fondement pour montrer ce que la justice climatique prescrit comme action (réduction, adaptation, réparation), et à qui elle le prescrit (États, entreprises, individus). Dans ce type de démarche, les disciplines non philosophiques jouent un rôle mineur. Certaines données empiriques des sciences du climat sont certes prises en compte, mais le champ de recherche est généralement caractérisé par un intérêt peu marqué pour les résultats des recherches d’autres disciplines. Les débats portent principalement sur le modèle théorique le plus à même de mettre à jour les principaux devoirs de justice climatique. La concurrence est ouverte entre le cosmopolitisme (Vanderheiden, Caney, Harris), le suffisantisme (Miller), l’internationalisme pluraliste (Risse), l’approche lockéenne (Singer et Chauvier), et d’autres positions philosophiques influentes. Ces positions servent de fondements à différents principes de justice climatique, eux-mêmes étant le plus souvent en concurrence les uns par rapport aux autres : pollueur-payeur, capacité à payer, bénéficiaire-payeur, non-coopérateur-payeur, sacrifice égal, non-gaspillage, ou encore pouvoir-responsabilité. Cette démarche, qui consiste à partir d’une théorie de la justice globale pour y faire entrer le problème climatique, a comme effet d’éloigner progressivement les théories de la justice climatique des résultats les plus récents des recherches empiriques sur le changement climatique et des préoccupations concrètes des preneurs de décision politique.

La méthode que je souhaiterais défendre et développer ici ne part plus des principes et des modèles théoriques leur servant de fondement (ex principiis), mais des données empiriques fournies par d’autres disciplines (ex datis). L’idée est de partir de données extra-philosophiques, comme les données scientifiques sur le changement climatique, mais aussi des descriptions des institutions politiques fournies par les sciences politiques et des descriptions d’outils du marché fournies par l’économie. Il s’agit d’inverser la tendance actuelle à l’enfermement du champ de recherche sur lui-même en proposant une approche profondément, et non pas superficiellement, interdisciplinaire.

Pourquoi philosopher ex datis sur le changement climatique ? Pour deux raisons principales, que je souhaiterais développer dans ma présentation, et que j’énonce ici brièvement. Premièrement, une approche qui passe trop rapidement sur les données empiriques du changement climatique risque de mal comprendre la nature du problème. Avant de se lancer dans des considérations philosophiques, il faut bien comprendre les principales caractéristiques du changement climatique. Les philosophes qui procèdent ex principiis risquent de caractériser le problème de manière erronée. Plutôt que de s’empresser d’arriver à une théorie cosmopolitique, suffisantiste ou lockéenne de la justice climatique, il convient de bien prendre le temps de comprendre les résultats principaux des recherches effectuées par les scientifiques.

Deuxièmement, une approche trop abstraite qui s’en tient aux principes et aux modèles théoriques risque de négliger les caractéristiques non idéales du monde réel. Il convient de se demander à quel point les principes abstraits de justice climatique nous aident dans la lutte internationale contre le changement climatique. Nous sommes ici contraints de philosopher dans un contexte d’urgence. Les émissions mondiales de gaz à effet de serre provenant de l’activité humaine doivent très rapidement être stabilisées, puis réduites pour éviter les pires scénarios. Pour savoir où nous en sommes dans la lutte contre le changement climatique, et surtout pour savoir quelles solutions ont des chances d’être mises en œuvre dans les années à venir, qui seront cruciales pour les générations à venir, nous devons nous demander : quelles sont les institutions politiques, sociales et économiques en mesure de lutter efficacement et rapidement contre le changement climatique ? Sans prise en compte des recherches effectuées par les spécialistes des relations internationales et par les économistes, il est impossible de proposer des solutions concrètes et faisables pour promouvoir la justice climatique dans le monde réel.

Les philosophes peu sensibles aux données extra-philosophiques courent le risque de tomber dans le dogmatisme. Telles que je les perçois, les recherches en justice climatique se trouvent aujourd’hui à un croisement entre, d’un côté, des recherches toujours plus abstraites et difficiles à suivre (y compris pour les philosophes !) en matière de justification des principes et, d’un autre côté, des interrogations plus pragmatiques sur l’application de ces principes dans le réel. Si un nombre déjà important et croissant de philosophes ont choisi la première voie, se lançant dans un échange interminable d’arguments et d’objections sans se demander si leur discours est compréhensible pour des non-philosophes, je pense au contraire que face à un problème aussi urgent, nous avons tout intérêt, une fois le travail de clarification conceptuelle effectué, à revenir au réel pour ne pas nous en éloigner définitivement.

Mon objectif n’est pas de dire que philosopher ex principiis sur le changement climatique n’a aucune pertinence. Grâce aux deux décennies et demi de recherches sur la justice climatique, les jeunes chercheurs n’arrivent pas dans une terra incongnita et peuvent largement puiser dans les ressources intellectuelles léguées par les philosophes qui les ont précédés. Je cherche simplement à montrer certaines des limites rencontrées par l’approche méthodologique dominante et je propose d’essayer d’aborder le problème climatique autrement, en adoptant une démarche ex datis. Le but est moins de substituer les résultats admirables déjà obtenus par ce champ de recherche nouveau et en pleine expansion que de les compléter à partir d’une approche plus sensibles aux données empiriques et plus ouverte aux apports des autres disciplines.


2 réflexions au sujet de « Michel Bourban (Unil), « La philosophie face au changement climatique. Quelle méthode pour la justice climatique ? » »

  1. Ping : Au-delà des frontières disciplinaires: philosophie et interdisciplinarité – Comment vivre au quotidien?

  2. Ping : Philosophie et interdisciplinarité – Introduction (2016) | Au-delà des frontières

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *